Kidult

Après Colette, Yves Saint Laurent et Hermès, Kidult s’attaque à Louis Vuitton

Après Hermès (sur laquelle il avait tagué « Love ») , il s’est attaqué à la vitrine de la boutique Louis Vuitton sur laquelle nous pouvons lire « Yes ». On se demande quel pourrait être le mobile de cet artiste, s’il ne s’agit que d’un simple acte de vandalisme ou s’il cherche réellement à transmettre un message. Voici sa réponse : » Toutes ces boutiques que l’on voit,  ont utilisé le graffiti comme une image commerciale, en surfant sur cette tendance, sans même avoir de connaissance sur le graffiti. Je ne fais que leur passer un « hello ». Si ces marques aiment le graffiti, je ne fais que leur donner ce qu’elles aiment. Les marques de luxe représentent l’exact opposé du monde du graffiti, totalement différent des règles de la rue. Chacune de mes peintures est stratégique, que ce soit au niveau du lieu, du sujet choisi ou du support. Le graffiti ne serait pas ce qu’il est sans ce côté sauvage, illégal et subversif, qui le caractérise (…). Ma position est claire. Le graffiti est un art qui s’installe là où il veut, sauvagement,  là où il dérange. De fait, le graffiti s’invite chez eux, dans leurs boutiques et cela  dérange. »

kidult-vandalise-graffiti-hermes.jpg

 

kidult-agnesb2-511.jpg

 

louis-vuitton-kidult-yes.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site